Cela fait un petit moment que je ne vous ai pas parlé de l'actualité culturelle islandaise. Décidément, je manque à tous mes devoirs !

Hier, en faisant mon petit tour sur Allociné, j'ai poussé le vice à regarder les sorties de films jusqu'à fin juin. Du coup, je suis super impatiente devant certaines affiches (j'aime me torturer) et devant une affiche en particulier, celle d'un nouveau long métrage islandais

mariage_a_l_islandaiseMariage à l'islandaise, de Valdis Oskarsdottir

Le pitch (repris sur Allociné étant donné que je n'ai pas vu le film, bien évidemment) : " Un couple de futurs mariés quitte Reykjavik en bus, accompagnés de leurs invités, afin de célébrer leur mariage dans une petite église située à la campagne, à une heure de route de la capitale. Mais le marié est le seul à savoir où l'eglise se trouve et les indications données par le prêtre ne sont pas aussi faciles à suivre que prévu. "

Je ne sais pas vous mais, présenté ainsi, ça me donne super envie d'être enfin au 3 juin, date de sortie de ce film qui s'annonce haut en couleurs ! Vous avez vu l'affiche ? ça sent le gros bordel à plein nez !

Du côté des acteurs, on retrouvera quelques têtes connues puisque nous les avons croisées dans d'autres très bons films islandais. Nous avons pu apercevoir Erlendur Eiriksson, l'acteur principal, dans La Cité des Jarres mais surtout dans Children et Esprit d'équipe, quant à l'actrice principale, Agusta Eva Erlendsdottir, elle interprétait Eva Lind, la fille de l'inspecteur Erlendur dans La Cité des Jarres. J'ai également reconnu un autre acteur qui figurait au casting du polar : Bjorn Hlynur Haraldsson, l'interprète de Sigurdur Oli (l'acolyte d'Erlendur).

Concernant la réalisatrice, Valdis Oskarsdottir, Mariage à l'islandaise semble être sa première réalisation. Néanmoins, elle est loin d'être une débutante puisqu'elle a déjà travaillé sur de nombreux films comme The Sea de Kormakur, The Eternal sunshine... de Gondry, Angles d'attaque de Pete Travis, Mongol de Sergei Bodrov et plus récemment Mister Lonely de Harmony Korine.

Autre sortie de film à signaler, mais en DVD cette fois, il s'agit de

back_soonBack Soon, de Solveig Anspach

Sortie en août 2008, cette comédie m'avait super emballée et ce pour plusieurs raisons. Tout d'abord, pour Didda Jonsdottir -que j'ai eu pu rencontrer en vrai de vrai !- toujours excellente (on avait déjà pu la voir dans une autre réalisation de Solveig Anspach, Stormy Weather avec Elodie Bouchez). Dans Back Soon elle interprète une mère de famille très atypique qui vend de la marijuana pour arrondir ses fins de mois. Pour enfin réaliser son rêve et celui de ses fils, elle décide de revendre son commerce, autrement dit, son téléphone portable contenant le nom de tous ces clients. A partir de là, elle va vivre deux journées très riches en émotion !

Et puis il y a aussi le personnage de Raphaël, interprété par Julien Cottereau, un étudiant français, venu en Islande pour faire des recherches pour sa thèse portant sur les poètes islandaises (dans la vraie vie, Didda Jonsdottir est connue pour ses poèmes érotico-féministes). Le personnage de Rapahël est certes très amusant (il se tape un bon trip assez délirant) mais il est surtout cher à mon coeur puisqu'il m'a donné envie de travailler moi aussi sur la culture islandaise. Autant vous dire que ce petit frenchie, un peu paumé, qui débarque comme ça, tout seul, sur les terres islandaises, ba il me parle !

En ce moment, je pourrais rebaptiser ce blog Fifi la ruine, donc je vais devoir attendre un peu avant d'acheter ce DVD, mais toi, derrière ton écran, qui ne sais plus quoi faire de ton argent, fonce donc à la Fnac !

Pour finir, un peu de lecture avec la sortie de la revue Carnets D'aventures

couvertureCA15_somm

On y trouve un dossier de 31 pages sur l'Islande, où plus exactement sur les différentes traversées de l'Islande : à pied, à VTT, à ski.

Bon, que tout soit bien clair entre nous, je ne m'intéresse pas à l'Islande pour les belles randonnées qu'elle propose, moi ce que je veux c'est bouffer du béton, des musées, des maisons d'édition, bref, être au coeur de la vie culturelle. Mais j'avoue que je ne cracherais pas sur une petite randonnée si on me trouvait un guide sympa, et beau, tant qu'à faire. Par contre, hors de question que je grimpe sur des skis, et encore moins sur un vélo. De toute façon, je ne sais pas en faire (je ne vous avais pas dit que j'étais Parigo à 100% et que je n'étais presque jamais sortie de mon boulevard ? ) Ce qui m'intrigue surtout dans ce dossier c'est la partie intitulée La traversée de la rédaction. Je vais pouvoir la lire en pestant : "putain, y'a vraiment des encu*** qui ont des putains de bons boulots !"

On a jusqu'au 31 mai pour acheter la revue (ou la lire par bribes à La Maison de la Presse -Fifi la ruine que j'vous dit !-)