image_grand_palais"Moi, je ne crois que c'que je vois" dirait l'autre. Et bien "l'autre", je ne te conseille pas de te rendre au Grand Palais parce que tu vas griller tes boulons !

Jusqu'au mois de juillet, le Grand Palais expose pas moins de deux cent cinquante oeuvres qui ont en commun l'ambiguïté. Images doubles, puzzles visuels, images cachées... toutes les pièces (peintures, dessins, sculptures, films,... ), réparties à travers les vingt-deux sections thématiques, offrent plusieurs niveaux de lecture.

L'exposition du Grand Palais ne propose pas pour autant un parcours simplement ludique. Bien sûr, on s'amuse à dénicher la petite chouette qu'Henri Bles cachait dans ses toiles en guise de signature, on sympathise même avec d'autres visiteurs devant des pierres aux formes étranges (ça sent le vécu, n'est-ce pas !), on sourit devant certaines oeuvres un peu osées, on est nostalgique devant ces images qui se laissent regarder dans les deux sens (ça sent le vécu, bis, car quand j'étais petite, je harcelais mon père -excellent dessinateur- pour qu'il me fasse ces fameux doubles portraits !), bref, c'est un peu Disneyland dans la caverne (celle de Platon hein, pas du Capitaine !)

Mais cette exposition va plus loin et se fait plus intéressante quand elle nous amène à nous poser les questions qu'on n'avait cessé de se poser depuis notre dernier cours de philo : "qu'est-ce que voir ? qu'est-ce que la réalité ? l'irréalité ?"

Par exemple, que nous montre véritablement les paysages anthropomorphes ? Un paysage ? Un visage ?

Matthaus_Merian

Paysage anthropomorphe attribué à Matthaüs-Merian (après 1610)

Vous aurez peut-être noté que l'affiche de l'exposition met en avant trois artistes : Arcimboldo, Dali et Raetz. Au départ, j'ai trouvé ça étrange, voire irrespectueux pour les autres artistes présentés. Car il y a quand même d'autres grands noms comme Magritte, Ernst, Zürn (non, je ne fais pas une fixation sur les surréalistes !), et bien d'autres qu'on ne connaît pas nécessairement mais qui mériteraient amplement d'être cités (comme Tim Noble et Sue Webster).

noble_webster

Je pars donc du principe qu'il faut choisir : soit on nomme tout le monde, soit on ne nomme personne. Mais il se trouve que ces trois artistes ne sont pas seulement mis en valeur sur l'affiche mais aussi dans le parcours, malgré la volonté de classer les oeuvres par thèmes, puisque des salles leur sont entièrement consacrées. Pourquoi eux plus que d'autres ? Je ne saurais dire. Mais ce qui est sûr c'est que leurs oeuvres sont absolument fascinantes et méritaient finalement d'avoir leurs pièces à elles.

J'ai été ravie de pouvoir voir les oeuvres d'Arcimboldo étant donné que j'avais manqué l'exposition qui lui était consacrée l'an dernier. J'ai toujours trouvé ses têtes anthropomorphes très simples et extrêmement complexes à la fois, comme cette oeuvre réversible qui nous propose une corbeille de fruits et un portrait chapeauté

arcimboldo_corbeille_de_fruits

La salle consacrée à Dali semble s'articuler autour de son oeuvre septuple, L'énigme sans fin, qui est certes la plus impressionnante techniquement mais qui n'est pas celle qui m'a le plus captivée. Je préfère de loin son travail sur les têtes de mort, comme son affiche pour la campagne contre les maladies vénériennes

dali

C'est tout bête mais il fallait penser à transformer des cuissots en quenottes !

Enfin, le parcours s'achève sur les oeuvres d'un artiste contemporain qui, vu les gloussements et les sourires, a conquis plus d'un visiteur. Et il y a de quoi s'étonner devant le travail de Markus Raetz qui nous propose des sculptures prenant différentes formes selon notre angle de vue. Ainsi, un "YES" devient un "NO", une petite bouteille et un grand verre deviennent une grande bouteille et un petit verre.

markus_raetz

Cette exposition bien qu'enthousiasmante m'a tout de même laissée un peu sur ma faim. D'une part, le contexte dans lequel ont été créées les oeuvres est juste survolé. C'est vrai que ce n'est pas le propos du jour mais quand même. D'autre part, je me suis sentie totalement démunie devant certaines oeuvres ne sachant pas ce que je devais y voir (et pourtant, je ne suis pas une assistée culturelle, c'est une fille qui a vu trente fois Mulholland Drive qui vous parle !). Pour certaines, on nous donne quelques indications, mais pour d'autres on est livrés à nous mêmes, ce qui n'est pas nécessairement évident quand vingt paires d'yeux sont collées devant la toile en question... Il m'aura fallu attendre les explications données dans le nouveau numéro d'Arts Magazine pour découvrir ce qu'il fallait voir dans la toile Loth et ses filles

Loth_et_ses_filles

Encore une fois, il me semble judicieux de passer par la case audio-guide (ou d'investir 50 euros dans le grand catalogue de l'expo).

C'est où ? Galeries Nationales du Grand Palais, M° Champs-Elysées

C'est quand ? jusqu'au 6 juillet 2009. Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h à 20h, nocturne le mercredi jusqu'à 22h.

C'est combien ? 8 euros pour le tarif réduit, 11 euros pour le tarif plein.

Juste une dernière chose, j'ai entendu la chanson Picture This de Blondie dans l'une des salles. Est-ce que cela fait partie de l'expo ? Un visiteur pensait-il être en boite ? ou pire, je me transforme en John Cage ?

Ah ! Le butin !

expo_image