Une semaine après mon retour, je me décide enfin à prendre le clavier pour vous raconter mon court séjour nantais. Il faut dire qu'en trois jours, j'ai eu le temps de faire beaucoup et très peu de choses en même temps ! Je regrette déjà de ne pas avoir pu visiter le musée Jules Verne ainsi que le musée des Beaux-Arts et le museum d'histoire naturelle, de ne pas avoir pris le temps de flâner au jardin des Plantes ni de pousser jusqu'au jardin japonais de l'île de Versailles. Et puis je regrette sincèrement de ne pas avoir vu ma petite July, nantaise de son état ! Que d'excellentes raisons pour retourner dans cette jolie ville au plus vite !

Car Nantes est effectivement une jolie et surtout très agréable ville, où il fait bon vivre. Très étendue, comparée à Rennes par exemple, Nantes exige de ses touristes de très bonnes jambes et une bonne endurance ! Et oui ! Pour traverser Nantes d'un bout à l'autre, passer de son château à ses "machines", il faut marcher encore et toujours, si bien qu'au bout de deux jours j'étais courbaturée telle une tricentenaire ! Les limaces, ne vous inquiétez pas, Nantes est très au point question transports, et tout plein de tramways se feront un plaisir de vous soulager ;)

Tout ça pour dire que je ne sais pas par où commencer ma visite ! Je vais donc me contenter de suivre mes souvenirs en prenant le risque d'un billet totalement décousu. J'espère que vous n'avez pas le mal de mer !

Il m'aura tout de même fallu deux bonnes journées pour me repérer (presque) parfaitement dans la ville, mon problème majeur étant la confusion entre le cours des 50 Otages et Franklin Roosevelt, les deux artères de la ville, le long desquelles roulent les tramways (tramways qui ont manqué de m'écrabouiller cent fois tant je n'en ai pas l'habitude !). Par chance, le centre-ville de Nantes se compose de cinq places principales qui traversent la ville et débouchent chacune sur des quartiers très différents. Tout près du château se trouvent donc la place et le quartier médiéval du Bouffay, celui que j'ai préféré, avec ses petites rues pavées pleines de charme qui donnent trop envie de gerroyer ^^ C'est aussi dans ce quartier que se trouvent la plupart des crêperies et autres pubs où litres de bière et de cidre coulent généreusement. J'ai donc passé beaucoup de temps à remonter et descendre les rues de la Juiverie et de la Baclerie (que j'ai d'abord prise pour la rue de la Bacterie sans mes lunettes !), à admirer les maisons à colombages et surtout, la magnifique église Sainte-Croix et l'ancien beffroi de la Tour du Bouffay.

Toujours dans l'attente de recevoir certaines photos que je n'ai pas prises avec mon appareil, je compte sur Wikipédia pour vous offrir certaines vues.

beffroi_bouffay

Vous grillerez facilement les photos piquées sur Wiki : le ciel y est bleu !

La visite de la ville se poursuit avec la place du Commerce, celle que j'ai peut-être le moins appréciée et qui se trouve être également la plus animée.

Passons donc aux place Royale et place Graslin, les deux plus belles selon moi, s'ouvrant sur deux jolis quartier. La place Royale fascine par son imposante et magnifique fontaine, allégorie de la ville de Nantes, avec ses trois nymphes représentant les trois rivières de la ville (la Loire, l'Erdre et la Sèvre) et indiquant les rues principales entourant la place. Parmi elle, la très chic rue Crébillon, autrement appelée l'Antre du Diable par ma carte-bleu ! Menant directement à la place Graslin (pratique n'est-ce pas ?!), elle regroupe un nombre assez impressionnant de magasins de vêtements plutôt luxueux (Darel and Co) et surtout, elle mène tout droit vers le somptueux passage Pommeraye, incontournable pour se la jouer Catherine Deneuve.

Le passage Pommeraye se compose de trois niveaux de galerie marchande (info utile) et est classé monument historique depuis 1976 (info futile !). Et pour cause, avec ses statues, son plafond de verre, ses contremarches en fonte, on comprend dès qu'on y pénètre pourquoi Jacques Demy a choisi d'y tourner des scènes de Lola et d'Une chambre en ville.

P1010167

P1010168

Retour sur la rue Crébillon et arrivée place Graslin où se tiennent le magnifique théâtre (je veux y aller, je veux y aller !) et l'incontournable brasserie La Cigale, classée elle aussi monument historique en 1964. C'est vous dire si elle est belle. Inaugurée le 1er avril 1895 (on peut même voir au mur le menu servi à cette occasion), elle nous offre une plongée des plus exquises dans l'Art Nouveau (à condition d'aimer bien entendu). C'est coloré, ça brille, certains diraient que c'est kitsch, moi j'ai trouvé le décor absolument ravissant (sauf les palmiers...).

P1010171

Si j'ai su résister à l'appel du plateau de fruits de mer à 140 euros (aheum...), j'ai exigé d'y prendre un petit déjeuner. Tout simple mais composé de succulents produits (huuuummm le beurre salé, miaaaam la crème de caramel à tartiner sur la brioche au sucre), il m'a avant tout permis de passer une heure délicieuse pendant laquelle je me suis laissée aller à la rêverie (en fait, je devrais revendre mes DVD de Jacques Demy ^^). La Cigale est vraiment la brasserie où il faut aller lors d'un passage à Nantes. En plus d'être magnifique, elle propose plein de formules tout au long de la journée, notamment un petit goûter "tout chocolat", une raison d'y retourner à lui seul !

P1010170

Enfin, la dernière grande place de la ville se trouve un peu plus haut que le centre-ville est celle du Maréchal-Foch, au milieu de laquelle on peut voir une haute colonne surmontée d'une statue de Louis XVI.

nantes_foch

Une fois qu'on a parcouru la ville de place en place, je peux vous jurer qu'une bonne galette s'impose ! Mais il nous reste du chemin à parcourir car nous devons retourner du côté du quartier Bouffay, tout proche du fameux château des Ducs de Bretagne.

Résidence des Ducs de Bretagne du XIII° au XV°, il abrite aujourd'hui un musée passionnant, dont certaines villes devraient s'inspirer. En effet, il nous permet -en deux bonnes heures- de découvrir toute l'histoire de la ville de Nantes. Ouvert au public en 2007 (comme beaucoup de choses à Nantes d'ailleurs), il se compose de trente-deux salles équipées d'ordinateurs et autres écrans tactiles, qui permettent une visite très ludique et interactive grâce à laquelle on apprend beaucoup. Gros coup de coeur pour les ordis permettant de découvrir les livres, films, chansons et peintures faisant référence à Nantes. D'autres encore nous permettent, grâce à des "avant-après" super techniques (!), de suivre l'évolution architecturale de la ville : construction et destruction de ponts, d'une des deux tours LU (j'y reviendrai), et la construction de l'horrible tour de Bretagne qui gâche vraiment le paysage (si, si, j'vous jure, même les nantais le disent). Après la longue visite du musée, une fois qu'on est incollable sur Nantes, il ne reste plus qu'à faire le tour du château et de ses tours (et l'envie de guerroyer revient !).

P1010152

P1010155

P1010163

Château vu depuis la tour LU.

P1010161

Anne de Bretagne, duchesse de Bretagne et reine de France au XV° siècle.

Il faut donc compter une bonne matinée pour faire le tour du château, d'autant plus que les rues qui l'entourent méritent également qu'on s'y attarde.

Face au château se trouve enfin la tour LU dont je vous ai déjà parlé et qui fait évidemment tinter une petite cloche dans la tête des gourmands ! Les tours LU (la seconde fut detruite suite aux bombardements de 1943) furent construites entre 1905 et 1909, afin de délimiter l'entrée des usines LU dans lesquelles on fabriquait, bien sûr, les délicieux petits gâteaux ! Aujourd'hui, les usines ont été réaménagées et les initiales LU (pour Lefèvre-Utile, le nom du biscuitier), sont devenues celles du Lieu Unique, un lieu dédié à l'art contemporain se composant d'un restaurant, d'un café, d'une librairie, d'un hammam et de plusieurs hall d'exposition où j'ai pu visiter une expo totalement barrée et assister à des recontres autour de la littérature scandinave (Ô joie !). La tour LU restante peut maintenant se visiter et permet d'avoir une vue imprenable sur la ville grâce à son gyrorama.

P1010162

Enfin, on compte à Nantes plusieurs îles : l'île Feydeau (qui n'en est plus une), avec sa très belle rue Kervégan et la maison natale de Jules Verne, l'île de Versailles et son jardin japonais, et l'île de Nantes, appelée plus généralement l'île Beaulieu.

On y accède par plusieurs ponts et passerelles qui nous permettent de découvrir un véritable chantier de constructions. L'île fait en effet l'objet d'un grand projet de réaménagement urbain : quartier d'affaires, immeubles super design, centre commercial, tout est en train de sortir de terre.

Ce qui nous intéresse se trouve sur la partie ouest de l'île, sur laquelle étaient implantés les chantiers navals jusqu'à leur fermeture en 1987.

Tout d'abord, il faut aller jeter un oeil au hangar à bananes situé quai des Antilles. Anciennement, ce hangar de 8 000 m² servait à stocker les bananes importées d'Afrique et de Guadeloupe. Depuis 2007, une seconde vie lui est offerte et il est devenu un haut lieu des soirées nantaises puisqu'il abrite une bonne dizaine d'établissements où il est possible de manger, boire et faire la fête toute la nuit. Chacun propose une déco, une ambiance et un thème différent, ce qui permet à tout le monde d'y trouver son compte.

L'île abrite également ce qui m'a le plus emballée au cours de mon séjour, les Machines de l'île ! Vous n'êtes peut-être pas sans le savoir mais Nantes est la ville d'origine de la compagnie du Royal Deluxe (rien à voir avec le burger, hein !), dont on a pu voir les machines au Grand Palais il y a... quelques années !

Inaugurées en 2007 (date clé pour Nantes décidément), elles comprennent "le grand éléphant", "l'arbre aux hérons" et "les mondes marins".

Encore à l'état de projet, l'arbre aux hérons deviendra un arbre d'acier de 28 mètres de haut sur lequel les visiteurs pourront se promener, à travers des jardins suspendus ! Pour l'heure, on peut monter sur une immense branche, déjà très impressionnante ! L'ouverture au public de l'arbre est prévue pour 2014.

Le grand éléphant, quant à lui, n'est plus un projet mais une attraction génialissime ! La bête, inaugurée en 2007, mesure 12 mètres et peut accueillir une quarantaine de passagers pour une petite promenade autour du site. Conduit par plusieurs techniciens, l'éléphant marche bien sûr, mais barrit et crache de l'eau également ! Autant vous dire que j'ai jubilé tout au long de la balade !

P1010172

P1010151

Enfin, les mondes marins est un autre projet dont on peut déjà avoir un aperçu en visitant la galerie des machines. En 2011 devrait être inauguré un carrousel géant de 25 mètres de haut (ce qui correspond à un immeuble de huit étages), sur trois niveaux, peuplé de trente-deux machines représentant des créatures marines. Si l'éléphant est conduit par des professionnels, le public aura la lourde tâche d'activer les trente-deux machines, certaines nécessitant jusqu'à huit personnes ! En tout, soixante-douze personnes pourront embarquer sur cet incroyable manège ! Grâce à la visite de la galerie, j'ai pu voir en action quelques bestioles et croyez-moi : elles sont impressionnantes !

P1010174

Maquette du carrousel

P1010173

Les bêêêêêêêtes !!

Voilà pour ce petit tour de Nantes ! Moi qui pensais avoir le temps de m'offrir une petite escapade du côté de Guérande, je l'ai eu dans l'os car, comme vous avez pu le constater, c'est une ville très riche, moderne et très ludique. On a envie de tout voir, de tout faire, on en oublie même ses courbatures !

Si je vous dis qu'en plus on trouve à Nantes les Galeries Lafayette et une boutique Lush, vous devriez tous avoir envie d'y aller ;)

En prévisions, voici donc un petit carnet d'adresses qui se révèlera peut-être bien utile aux futurs touristes !

Où dormir ?

J'ai eu l'occasion de dormir dans deux hôtels, le premier en plein centre-ville, l'autre un peu en retrait (20 minutes de marche).

Le Saint-Patrick, (7 rue Saint-Nicolas), se situe à deux pas de la place Royale, donc vraiment au coeur de la ville. Très honnêtes côté prix (comptez 50 euros pour une chambre pour deux avec petits-déjeuners), les chambres sont très correctes (j'ai même eu droit à une baignoire) et l'accueil super aimable. L'hôtel est donc très bien situé mais surplombe malheureusement une petite place où se trouvent trois terrasses de cafés ouverts très tard. Pas cool pour ceux qui souhaitent dormir avant 1 heure du matin !

Le Saint-Yves, (154 avenue du général Buat), ne se trouve pas au centre de la ville et impose donc quelques minutes de marche ainsi que la remontée d'un boulevard où sont réunis tous les kebabs de la ville. Malgré tout, l'hôtel mérite le séjour (!) pour ses chambres très joliment décorées (façon magazine de déco) et son ambiance cosy. Seul petit regret : ma chambre sous les combles ! J'ai horreur de ça, j'ai l'impression d'être dans un cercueil. Bouh !

Où manger ?

Le choix de crêperies est évidemment immense et j'ai pu en tester quelques unes.

Pirates et compagnie, (1, rue Kervégan), vaut le détour pour sa déco sur le thème de la piraterie et les noms de ses produits. Vous pourrez y déguster une Conquistador, une Black Pearl ou un Trésor du capitaine. Gustativement, les galettes et crêpes n'ont rien d'exceptionnel, sans être pour autant mauvaises. Une adresse sympa pour le dépaysement, un peu chère quand même.

La crêperie Bouffay, (3, rue des Petites Ecuries), très sympa par sa localisation (dans le quartier médiéval), elle propose des galettes et des crêpes à des prix plutôt raisonnables et de qualité correcte.

Le p'tit bouillon, (18, rue Armand Brossard), idéal pour éviter l'overdose de crêpes, le p'tit bouillon est un bar à soupes qui propose une formule originale dont les plats changent chaque jour. Le principe : on choisit tout d'abord deux soupes parmi quatre propositions, puis un plat parmi deux choix puis trois mini-desserts sur quatre. Pour moi, cela a donné : une soupe topinambour-cantal et une soupe potiron-carotte, une assiette océane avec tartines de rillettes de thon maison et roulés de chèvre au saumon, puis une verrine de soupe de poires, une verrine de crumble pommes-bananes et une petite part de fondant au chocolat. On dirait pas comme ça mais ça remplit son homme ! Pour 16 euros, c'est pas mal.

Enfin, je vous ai gardé le meilleur pour la fin, avec une crêperie où je n'ai pas pu m'empêcher de revenir tellement les galettes et crêpes étaient divines !! Faites à la poele et non au vulgaire galettoire, les galettes et crêpes proposées par La Fleur de sel, (3, rue de la Baclerie), se démarquent vraiment des autres. Croustillantes et moelleuses à la fois, elles sont également copieusement garnies. Je ne peux que vous conseiller la galette du curé, au curé nantais, LE fromage de Nantes, et à la saucisse fourrée au curé nantais ! Une tuerie ! En dessert, je me suis à chaque fois contentée d'une simple beurre-sucre afin d'apprécier au mieux la crêpe elle-même.

P1010176

L'équipe (de filles) est très accueillante et la déco marine super mimi, surtout le coin cabine qui permet d'être un peu à l'écart.

P1010175

Mon gros coup de coeur !!

Cet article m'aura pris un temps fou et j'ai maintenant le choix entre aller me coucher et me relire. Devinez l'option que je vais prendre !

J'espère en tout cas vous avoir donné envie de visiter Nantes qui se trouve qu'à deux petites heures de Paris !

Et bien sûr, July, si tu souhaites me reprendre sur certains points ou ajoutez quelques précisions, tu es la bienvenue !