Que cache donc ce titre énigmatique mes petits cocos ?!

Non pas un mais deux romans fortement dosés en hémoglobine : tout d'abord, Les Vampires de Londres, le premier tome de la série Les Etranges soeurs Wilcox, de Fabrice Colin puis Les Sangs d'Argent, troisième tome de la saga vampiriquement glamour de Melissa de la Cruz (vous pouvez retrouver mon avis sur les deux premiers tomes de la saga ici).

Les_vampires_de_londresNous sommes en 1888 et les deux soeurs Wilcox, Amber et Luna, viennent de se réveiller dans un cimetière de Londres où elles ont été enterrées vivantes. Pourquoi ? Comment ? Elles décident de partir en quête de réponses et croisent la route de Sherlock Holmes, un détective musicien, qui les prend sous son aile, épaulé par son très cher Watson. Les deux orphelines, bien décidées à apprendre la vérité sur leur père et leur belle-mère, découvrent petit à petit leur véritable nature : elles ne sont pas des jeunes filles comme les autres mais des vampires, choisies pour aider l'Empire Britannique dans sa lutte contre les forces obscures. Elles auront alors comme alliés et adversaires d'illustres personnages comme Abraham Stocker, Dracula, Jack l'Eventreur, la Comtesse Bathory et bien d'autres encore.

Voilà un livre que je voulais avant tout posséder car, une chose est sûre, il s'agit d'un superbe ouvrage, magnifiquement illustré et à la couverture très attrayante. J'étais également très enthousiaste à l'idée de découvrir cette histoire vampirique, apparemment pas comme les autres. En effet, si nous sommes bombardés de séries, de films et de romans sur les vampires, il faut bien avouer que tous ne se valent pas ! L'oeuvre de Fabrice Colin n'a rien à voir avec les histoires pour adolescents de Stephenie Meyer -pour ne citer que celles-ci-. En plus d'être vraiment très bien écrite, dans un langage plutôt soutenu pour de la littérature de jeunesse, l'histoire est vraiment travaillée et approfondie. Il ne s'agit pas d'une énième histoire de vampires, il y a une véritable intrigue qui se dessine, doucement mais sûrement, au fil des pages. Doucement car il va falloir attendre le prochain tome pour qu'elle révèle toute sa saveur, mais sûrement car elle est déjà très prometteuse. Par ailleurs, Fabrice Colin a réussi à instaurer une ambiance très visuelle, presque cinématographique et bien lugubre : on parcourt Londres de nuit bravant son fameux fog, on découvre ses cimetières, ses parcs et ses petites rues obscures.

Beaucoup de points plus que positifs pour ce premier tome, ce qui me laisse encore plus perplexe face à mon manque d'enthousiasme lors de ma lecture. Cela peut vous surprendre après tout ce que je viens d'écrire sur le style, l'ambiance, les personnages, l'histoire qui m'ont vraiment plu, et pourtant, je dois bien avouer que j'ai eu quelques difficultés à entrer dans ce livre que j'ai dû mettre de côté avant de le reprendre et de l'achever en deux soirs, après avoir tant peiné au début. C'est qu'il y a beaucoup de personnages, pas toujours très francs, ce qui embrouille un peu et -mine de rien- l'histoire est assez tortueuse, avec pas mal de non-dits et de secrets. Et puis surtout, je n'ai éprouvé aucune sympathie pour les deux soeurs Wilcox que je n'arrêtais pas de confondre. Je n'ai pas réussi à m'attacher à elles et du coup, il n'était pas évident pour moi de m'impliquer dans leurs aventures. Mon avis est donc mitigé mais ce n'est pas pour autant que je déconseille ce roman qui reste une réussite pour un premier tome. En effet, il n'est pas toujours évident de poser les fondations d'une saga sans trop en dire tout en donnant envie aux lecteurs de connaître la suite. Aussi, si je ne vais pas me ruer sur le tome 2 qui vient de sortir, je sais que je l'achèterai dès qu'une belle occasion se présentera (à savoir, dès que je trouverai un exemplaire d'occasion chez Gibert ^^).

sang_d_argentLaissons les sombres soeurs Wilcox dans leur ville enténébrée pour rejoindre la joyeuse bande de vampires made in Manhattan !

Après Les Vampires de Manhattan et Les Sang-Bleu, on retrouve dans ce troisième tome la gentille Théodora et son meilleur ami Oliver, la peste Mimi, son sublime frère Jack, le mystérieux Dylan, la mystérieuse Bliss et leurs drôles de parents.

Je ne peux pas trop vous en dire car je ne veux rien révéler de l'intrigue commencée depuis le premier tome mais sachez que cette petite série vaut vraiment le coup d'être lue ! Beaucoup moins "sérieuse" que Les Etranges soeurs Wilcox, moins "coincée du cul" que Twilight, elle met en scène une histoire très très (et parfois trop) tirée par les cheveux qui a l'avantage d'être tout à fait assumée et décomplexée. Les personnages sont plutôt caricaturaux et gossipgirliens, ils sont tous beaux et riches, se vautrent dans le luxe, jouent les mannequins entre deux croquages de cou, trouvent le temps de parcourir le monde tout en allant au lycée, parce que bon, c'est bien joli d'être un canon, il faut en avoir dans le citron ! Mais toute cette superficialité n'empêche pas l'intrigue d'être finalement assez complexe et plus réflechie qu'elle n'y paraît. En effet, alors que les deux premiers tomes nous donnaient l'impression que l'auteure s'était fait plaisir en écrivant une petite histoire divertissante, on comprend ici qu'elle sait où elle veut nous mener, même si nous n'en avons encore aucune idée. Le suspense s'installe véritablement, les caractères et les intentions des personnages commencent à s'affirmer et l'on devine que le quarième et dernier tome nous réserve des surprises de taille ! Vous l'aurez compris, j'attends de connaître le fin mot de l'histoire avec une grande impatience. Comme quoi, je suis vraiment une dinde ^^