un_amour_vintageMon envie de légèreté et mon amour pour les vêtements vintage m'ont incitée à m'offrir ce charmant livre dont je n'attendais pas grand chose, simplement qu'il me fasse passer un moment agréable. C'est donc contre toute attente que j'ai eu pour lui un véritable coup de coeur qui m'a poussée à le dévorer en quelques heures.

Et pour cause, même s'il y ressemble fortement, Un Amour vintage est bien plus qu'un roman pour poulettes traditionnel, pour ne pas dire basique.

Âgée de trente-trois ans, Phoebe Swift a décidé de réaliser son rêve : quitter son travail éreintant chez Sotheby's, en tant que spécialiste du vintage, pour ouvrir sa propre boutique consacrée à la mode antérieure aux années 70-80. Grâce à l'article de Dan, un drôle de journaliste curieusement attifé, le Village Vintage de Phoebe se fait rapidement connaître et les clientes se succèdent à longueur de journée, si bien que la jeune femme se voit obligée d'engager une apprentie-comédienne, la charmante Annie, pour la seconder. C'est que Phoebe n'a pas comme projet d'être une simple vendeuse, elle est une véritable traqueuse de vêtements, toujours à l'affût de LA pièce. Aussi, elle court les ventes aux enchères, entre en contact avec des fournisseurs outre-atlantique et se rend chez des particuliers, désireux de se séparer de leur plus beaux atours mais surtout de les savoir entre les mains de personnes passionnées qui sauront les aimer à leur juste valeur. C'est ainsi que Phoebe rencontre Miles, un veuf, père d'une adolescente capricieuse et qu'elle fait la connaissance de Madame Bell, une vieille dame malade, née en France et souhaitant -à travers une pièce ancienne de son dressing- lui confier un secret lourd et douloureux. Ce secret aura alors un effet très fort sur Phoebe qui vient tout juste de se séparer de son fiancé à qui elle reproche encore la mort de sa meilleure amie, Emma, qui lui manque cruellement.

Comme je vous le disais, Un Amour vintage reprend tous les ingrédients qui font un roman de chick-lit : l'amour, l'amitié, les fringues,... et certaines ficelles sont bien trop grosses pour laisser toute sa place au suspense. En effet, il y a beaucoup (trop) d'énormes coïncidences auxquelles on ne peut absolument pas croire et le noeud de l'intrigue se dénoue à grands coups de hasard.

Néanmoins, Un Amour vintage a plus d'une qualité pour nous faire oublier ses quelques défauts.

Tout d'abord, s'il est question de vêtements, on est ici à mille lieues de L'Accro du shopping. Phoebe est une passionnée de vêtements vintage et en parle avec passion et savoir, ce qui donne naissance à de très jolis passages sur la mode et l'histoire de la mode, sur l'intérêt et la très grande valeur humaine de ces vêtements d'une autre époque. Phoebe explique qu'il est troublant et émouvant de porter un vêtement ayant appartenu à une autre femme, ayant connu d'autres temps. On peut ainsi s'inventer mille histoires, imaginer un passé à cette pièce rare qui fait de sa nouvelle propriétaire l'héritière d'une époque. Evidemment, j'ai trouvé la démarche et la manière de penser de Phoebe très intéressantes et je me suis réellement reconnue à travers ses mots.

Par ailleurs, s'il y a bien une (ou plusieurs ;)) intrigues amoureuses, Un Amour vintage repose avant tout sur l'histoire d'amitié que l'on voit naître entre Phoebe et Madame Bell. Celle-ci voit en Phoebe sa dernière chance de se libérer de son secret, et il faut bien avouer qu'il est de taille. A travers l'enfance de Madame Bell, on plonge au coeur de notre Histoire, de la France des années 40, de la Seconde Guerre mondiale. On découvre alors le destin tragique de la jeune Monique, la meilleure amie de Madame Bell, depuis la tranquille ville d'Avignon jusqu'aux camps nazis. Autant vous dire qu'en plus d'un suspense distillé de manière bien plus subtile que dans les intrigues plus légères, le secret de Madame Bell apporte son lot d'émotions au roman, sans jamais tomber dans la facilité. De plus, le parallèle qui se tisse doucement entre l'histoire de la vieille dame et celle de la jeune Phoebe est plutôt bien amené et nous permet de découvrir tout en douceur ce qui est réellement arrivé à la pauvre Emma.

Enfin, si l'histoire tourne principalement autour du personnage de Phoebe, les personnages secondaires et ceux de passage ne sont pas en reste. Il y a en tout premier lieu Annie, qui court de casting en casting, espérant toujours décrocher le rôle de sa vie, mais aussi Dan, le journaliste haut en couleurs et fan absolu de vieux films en noir et blanc, Miles et sa peste de fille Roxy qui en fait voir des vertes et des pas mûres à la pauvre Phoebe, la mère de celle-ci, qui n'a qu'une idée en tête : retrouver le visage de ses vingt ans, son père, qui connaît les joies de la paternité une seconde fois, trente-trois ans après la naissance de Phoebe mais aussi toutes les clientes de Village Vintage qu'on apprend à connaître au fur et à mesure et qui deviennent, pour certaines, les déclencheurs d'événements essentiels.

Un Amour vintage est donc un véritable roman chorale, dans lequel les personnages se croisent, se recontrent, s'oublient, se retrouvent,... pour notre plus grand plaisir !

Alors que je n'avais jamais eu l'occasion de lire un livre d'Isabelle Wolff, je dois dire que j'ai été plus qu'emballée par son imagination et l'univers qu'elle a su créer ici et qui m'a offert un moment de lecture plus que réjouissant.