NobodyOwensSi le nom de Neil Gaiman vous dit quelque chose, c'est bien normal puisqu'il s'agit de l'auteur de Coraline dont l'adaptation ciné en 3D nous a tous enchantés l'an dernier.

Dans son nouveau roman-jeunesse, Gaiman nous propose à nouveau de suivre les aventures d'un enfant imaginatif et courageux, Nobody Owens, recueilli -alors qu'il n'était encore qu'un bébé- par les habitants d'un cimetière après que ses parents ont été assassinés par un horrible bonhomme sombre, un certain Jack.

Nobody grandit donc dans un environnement peu commun, entouré de morts plutôt sympathiques, de tombes mystérieuses, de recoins à explorer, bref, le terrain de jeu idéal pour un petit garçon curieux, en quête d'aventures, mais surtout bien seul. C'est que son tuteur, le charismatique et énigmatique Silas lui a formellement interdit de dépasser la grille du cimetière, le fameux Jack étant vraisemblablement toujours à ses trousses. Aussi, Nobody tente de passer le temps comme il peut, entre deux leçons de vie dispensées par d'étranges professeurs. Il va alors de rencontres en catastrophes, de découvertes en mésaventures, dont il est se sort toujours in extremis. Evidemment, arrive le moment où le petit garçon devenu adolescent rêve d'avoir une vie normale, non plus seulement étrange, et d'aller à l'école, comme tous les jeunes de son âge. Encore une fois, l'aventure sera au rendez-vous car bien que vivant et humain, Nobody est loin d'être un p'tit gars comme les autres !

L'univers et l'intrigue de ce roman ne sont donc pas sans rappeler Coraline ou même Harry Potter : il y a confrontation entre deux mondes  -ici celui des morts et celui des vivants- et au milieu de tout ça, un enfant qui tente juste de grandir, en faisant ses propres expériences, parfois malheureuses mais toujours enrichissantes.

L'atmosphère qui plane sur L'Etrange Vie de Nobody Owens est à la fois macabre et poétique, très proche du monde selon Tim Burton. Le cimetière est à la fois effrayant mais également très accueillant et festif, un lieu où l'on se sent en sécurité, où on aurait envie de rester se faire dorloter par Madame Owens !

Ce qui m'a réellement plu dans ce roman d'apprentissage pas comme les autres, c'est sa structure composée de plusieurs chapitres, chacun racontant une aventure bien déterminée. Aussi, je n'ai pas lu L'Etrange vie de Nobody Owens d'une traite, comme s'il s'agissait d'un roman linéaire, mais par épisode, un chapitre à la fois, de temps en temps. J'ai donc étalé cette lecture sur un peu plus d'un mois, prenant le livre quelques instants avant de le reposer pour plusieurs jours. Cela n'a pas particulièrement troublé ma compréhension de l'histoire puisqu'il faut dire que l'intrigue principale du roman -à savoir : qui est le fameux Jack ? Pourquoi a -t-il tué les parents de Nobody ? Pourquoi lui court-il toujours après au bout de quinze ans ?- est vraiment très mince et pas des plus palpitantes. L'intérêt de ce roman réside principalement dans les péripéties de Nobody qui peuvent se lire comme des courtes nouvelles de fantasy urbaine.

Pas le meilleur livre du genre mais sans aucun doute une très belle occasion de découvrir -ou continuer de découvrir- l'univers de Neil Gaiman.