Bonsoir chers Tous,

J'espère que vous avez passé un excellent réveillon suivi d'une journée tout en douceur. Avez-vous pu profiter de vos familles ? Déguster de bonnes petites choses ? Et la distribution des cadeaux alors, a-t-elle été aussi intense que chez la petite Selma ?! Avez-vous, d'ailleurs, reçu de jolis livres ? Ils font toujours de merveilleux présents que l'on peut admirer, feuilleter, tourner dans tous les sens avant d'envisager le meilleur moment pour la véritable rencontre ! J'adore ça !

Pour ma part, tout s'est déroulé à la perfection ! C'est pour cela que j'avais particulièrement envie de rédiger un billet ce soir alors que nous sommes de retour à Paris depuis hier. Je me suis interrogée sur l'utilité et l'intérêt de ces écrits ; depuis quelque temps (et c'est en partie, sans doute, une des raisons qui m'ont amenée à ne plus alimenter cet espace) je ressens une forme de crainte lorsque je publie ici : il ne faut pas être trop impudique, ni trop superficielle, ni trop "blogopouf", ni trop "intello, etc. En réalité, il ne faudrait froisser personne, ne pas donner de soi une mauvaise image, encore moins une image erronée car certains jugements peuvent blesser. Quelques méchancetés ici et là m'ont, je l'avoue, un peu freinée dans mon élan. Néanmoins, si vous relater mon Noël par le menu serait probablement aussi indigeste qu'une bûche au beurre (erk), je me suis sentie si bien au cours de ces dernières heures (oui, la nuit de Noël est encore si proche qu'on peut compter en heures !) que j'ai envie de les revivre et, pourquoi pas, après tout, les partager.

Nous fêtions donc Noël à Chartres cette année, pour la première fois puisque ma mère s'y est installée partiellement au printemps dernier. Nous n'y avions passé qu'un week-end aux beaux jours et, déjà, j'étais sous le charme de cette ville. Entre les illuminations de circonstance et l'ambiance des fêtes qui sublime absolument tout, mon avis n'a pas changé et je serais ravie d'y retourner tout prochainement afin de poursuivre mes explorations.

IMG00613-20121224-1924

Nous sommes arrivés un peu tard lundi soir, peu de temps avant le dîner, ce qui est un peu dommage, mais aussitôt franchie la porte du nid maternel, je me suis sentie enveloppée par une douce chaleur, familière, rassurante et tout à fait excitante à la fois. L'appartement est joliment et simplement décoré, ma maman souriante et malicieuse dans sa veste rouge de Mère Noël, la table dressée : il ne reste plus qu'à rassembler nos petits présents. Nous avions décidé, pour des raisons pratiques (de transport), d'en échanger peu ce soir-là et d'attendre notre retour à Paris pour fêter à nouveau Noël. Mais il apparaît assez rapidement que personne n'a su rester raisonnable et le petit coin près de la table est rapidement envahi de sacs et de paquets.

IMG00606-20121224-1903

Chez nous, nous n'attendons pas forcément minuit pour commencer la distribution et, cette année, celle-ci aura commencé au cours de l'apéritif et se sera poursuivie jusqu'au lendemain après-midi. En effet, tous un peu fatigués après le dessert, nous avons choisi de ne pas gâcher l'instant de la découverte et de repousser au lendemain l'ouverture des derniers et précieux paquets. J'ai beaucoup aimé cette manière inédite de savourer ces échanges et de vivre un Noël sans fin, ou presque.

Nous nous rassemblons autour des premières bulles de champagne et de quelques bouchées salées qui feront office d'apéritif et d'entrée puisque nous dégusterons, comme prévu, un généreux plateau de fruits de mer en guise de plat de fête. Un excellent compromis entre gourmandise festive et légèreté. La dégustation, tout comme la distribution des cadeaux se poursuivra d'ailleurs le lendemain tant les huîtres s'étaient déplacées en nombre ! Nous nous sommes ré-ga-lés !

IMG00615-20121224-2150

Il est immense, non ?!

Nous faisons exploser nos Christmas Crakers et ma devise m'invite à profiter de chaque seconde, ce que j'avais bien dans l'idée de faire ! L'un de mes premiers présents est le Christmas Album d'Elvis Presley, celui-là même qui nous accompagnera tout au long de ce repas de fête (et même au petit-déjeuner du lendemain, puis au goûter, et au dîner,... J'ai définitivement adopté de cadeau !). Assez rapidement, les douze coups de minuit sont proches et il est temps de gagner la cathédrale pour assister à la messe. Malheureusement, les travaux ne permettent pas à tout le monde d'être bien placé et comme nous ne sommes pas en avance, nous nous retrouvons dans le fond, avec les mauvais élèves. Il est tout de même important et bon d'être là, précieux d'admirer la cathédrale au cours de cette belle nuit, de se sentir accueillis et recueillis tous ensemble. Ces quelques instants sont l'occasion de penser à ceux qui ne sont pas là, à ceux qui nous manquent, de repenser aux douze mois qui se sont écoulés et d'en être reconnaissants. 

Nous rentrons et notre gourmandise nous pousse à croquer quelques mini-bûchettes sucrées avant une bonne nuit de sommeil, le coeur tout chaud me concernant. J'entre dans cette nuit avec quelques pages de lecture de mon livre de chevet que je dévore, The Perks of being a wallflower dont je vous parlerai bientôt car il s'agit d'un roman que j'apprécie énormément.

IMG00611-20121224-1922

Crack !

La journée du lendemain se déroule comme je l'espérais. Après un petit-déjeuner composé de pain d'épices aux abricots et aux amandes, accompagné de thé de Noël (bien sûr !) et de litchis bien juteux, c'est l'heure du bain parfumé ! Hummmm ! Quel plaisir de se glisser dans une eau bien chaude et de se laisser aller ! Cela ne me dérange pas tellement de devoir me contenter d'une douche à Paris mais je savoure toujours le petit privilège de la baignoire dès que l'occasion se présente ! Pas de temps (ni l'envie) à consacrer à une manucure mais je feuillette le dernier ELLE que ma mère a pensé à m'acheter. Une bien délicate attention car c'est un magazine que je ne lis plus que rarement après quelques années d'abonnement mais que j'aime retrouver. Le temps s'écoule comme par magie, une magie un peu noire car je n'ai vraiment pas envie que cette journée s'achève...

IMG00616-20121225-1653

A la nuit tombée, nous partons en amoureux pour une brève balade en ville avant d'assister à la messe de 18 heures, ce qui laisse à ma mère le temps d'un peu de repos et de solitude. A notre retour, nous échangeons nos derniers présents, sans doute les plus précieux : nous avions tous gardé le meilleur pour la fin !

Puis nous croquons dans quelques macarons, chocolats et sablés tout en regardant Le Drôle de Noël de Scrooge que je prends toujours plaisir à voir. Mais je choisirai mieux pour l'an prochain, promis ;) !

Notre bref séjour touche à sa fin et après une nuit et un second plongeon moussant et parfumé, il est déjà l'heure d'attraper notre train pour Paris. Le retour est pénible, les wagons pleins à craquer, la pluie nous attend alors même que nous devons ressortir le soir pour le spectacle de Gaspard Proust au Rond-Point. Croyez-moi, je ronchonne mais le déplacement vaut le coup : nous ne voyons jamais de spectacles dits "comiques" et celui-ci est particulièrement réussi et grinçant !

Ce Noël aura été pour moi, par bien plus d'un aspect, le meilleur. A vrai dire, depuis une dizaine d'années, mes fêtes de fin d'année ne font que s'améliorer et je suis bien obligée de mettre ce constat en relation avec le fait que mon cercle familial ne fait que se réduire. Nous n'étions que trois cette année et il y a de grandes chances pour qu'il en soit de même l'an prochain, et cela me convient merveilleusement car je pense avoir enfin trouvé un équilibre parfait.

Il faut que je vous dise, même si cela tombe comme un cheveu sur la soupe au potiron, que je vous écris tout en regardant le ballet Alice au Pays des Merveilles chorégraphié par Christopher Wheeldon et enregistré en 2011 au Royal Opera House de Covent Garden : un enchantement depuis la première seconde. Si l'occasion de le voir se présente à vous, n'hésitez pas. Je pense n'avoir jamais vu ballet si riche visuellement, chorégraphies, décors, costumes, tout est mouvements et couleurs, du spectacle de grande qualité qui me donne définitivement envie de pousser les portes de ce lieu prestigieux.

Pour finir, je vous laisse avec une petite image de mes présents. Rhhoooo, oui, je sais, c'est nul ce déballage bloguesque, blablabla, (en plus, la photo est sombre et mauvaise) mais l'envie est là, alors je me laisse aller à un peu d'impudeur futile.

IMG00619-20121227-1931

Ce gâtage dans les règles est censé avoir une suite dimanche mais je suis déjà plus que comblée ! J'aime chacun de mes cadeaux et j'aime encore plus que ma mère et mon amoureux me connaissent si bien. Je les remercie de tout mon coeur. J'ai été séduite par chaque présent (certains manquent sur cette image, notamment ce ravissant ensemble et quelques autres frou-frou), concentré de bon goût, de clins d'oeil, de féminité, de raffinement. Il me tarde de me plonger dans mes livres (Proust de Beckett et Adieu, Miss Julie Logan de James Matthew Barrie), de partir à la découverte de Berlin (notre prochaine destination en principe), de découvrir le concert de Paul McCartney (Kisses on the Bottom est sans aucun doute l'album que j'ai préféré cette année), de revoir Twixt, mon film favori de l'année, et de porter mes délicates boucles d'oreilles (auxquelles la photo ne rend absolument pas justice). Je peux vous dire que je ne cesse d'admirer mes cadeaux, de lire les quatrièmes de couverture de mes livres, de sentir mes bougies (celle aux fruits confits brûle en ce moment même, huuuumm !) et de revivre en pensées ce Noël parfait.

J'ai envie de donner à ces heures heureuses une suite et il me semble que le retour à Paris, dans la grisaille, a très rapidement ressuscité agacement et précipitation : il faut absolument arranger ça dès demain, sans doute par une balade du côté des Tuileries. Nous verrons !

Je vous souhaite une très bonne fin de semaine chers amis.