Comme je ne serai pas là la semaine prochaine et que je ne pourrai rien poster sur ce blog, je vous fais part de cette petite info avec quelques jours d'avance. En même temps, ça laissera de la marge à ceux que ça intéresse pour s'organiser.

Le festival Air d'Islande nous propose donc pendant trois jours de découvrir une dizaine de films islandais à la Filmothèque de Paris.

photos_caen_002

Pour ma part, je suis super emballée par cette initiative, non seulement parce que tout ce qui vient d'Islande m'intéresse mais aussi parce qu'il est assez difficile de se procurer ces films. Même la bibliothèque du film (à la cinémathèque) est assez pauvre à ce niveau là. Ce festival est donc l'occasion ou -presque- jamais de faire connaissance avec des réalisateurs peu connus du grand public.

Vendredi dernier, lorsque j'étais au colloque à l'université de Caen, une jeune femme est intervenue pour nous parler de La représentation des genres dans le cinéma islandais du XXI° siècle. Si son développement était passionnant (je ne dis pas ça en l'air puisque j'ai déjà travaillé sur un sujet similaire), il m'a surtout donné envie de constater par moi-même la richesse de ce cinéma, empreint de liberté.

Trève de bavardages et place au programme :

Vendredi 5 décembre:

  • 15h- Children, de Ragnar Bragason
  • 17h- 101 Reykjavik, de Baltasar Kormakùr
  • 19h30- Les enfants de la nature, de Fridrik Thor Fridriksson (précédé de Two Birds, un court métrage de Rúnar Rúnarsson)

Samedi 6 décembre

  • 13h- Jar city, de Baltasar Kormákur
  • 15h- Les anges de l'univers, de Fridrik Thor Fridriksson
  • 17h- Noi albinoi, de Dagur Kari
  • 19h30- Esprit d’équipe, de Robert I. Douglas (précédé de Wrestling, un cout métrage de Grimur Hakonarson)

Dimanche 7 décembre

  • 15h- Stormy weather, de Solveig Anspach
  • 17h- Dark horse, de Dagur Kari
  • 19h30- Back Soon, de Solveig Anspach (suivi d'un débat avec la réalisatrice)
  • 22h- Falcons, de Fridrik Thor Fridriksson

Le festival nous propose également de découvrir la musique venue d'Islande avec la projection du documentaire Heima vendredi à 22h, tourné par le groupe Sigur Ros dont nous avons pu découvrir la musique éthérée dans le film Vanilla Sky. Le samedi soir, à 22h, nous pourrons assister à un vrai concert, avec la venue de My summer as a salvation soldier (Þórir Georg Jónsson).

J'espère que nous serons nombreux cette année à participer à ce festival. Vraiment, n'hésitez pas à venir, l'Islande, pays très riche culturellement, regorge de trésors.

Par contre, je n'arrive pas à trouver les tarifs pour assister aux projections ; je ne sais même pas si les cartes illimitées seront acceptées. Si quelqu'un a plus d'infos que moi...