Hello, hello mes chers lecteurs !

Je commence la rédaction de ce billet -qui passera sans doute quelques jours à l'état de brouillon- mercredi 17 avril, plus belle journée de cette semaine pseudo-printanière. Le ciel est magnifique, le soleil caressant, et j'ai eu le bonheur de voir un film d'une qualité rare pendant ma pause-déjeuner (film auquel je consacrerai un petit billet car je suis charmée au plus au point). Mais depuis quelques heures, le moral fout le camp et je ressens une fatigue extrême, accompagnée d'un profond ras-le-bol, façon gros nuage gris qui, si j'y réfléchis bien, a commencé à se former ce matin, lorsque la prof a décrété qu'on "zappait" (selon ses propres termes) le texte à étudier pour la semaine prochaine. Texte que j'ai préparé depuis trois semaines, sinon, c'est pas drôle. Manifestement, je suis la seule psychopathe qui ne bosse pas à la dernière minute puisque cette déclaration (la millième de ce genre depuis le début de l'année) n'a chiffonné personne. 

Mes Chers, en un mot comme en mille : je n'en peux plus de cette formation. Une année entière pour préparer un concours, c'est TROP (et quand je pense que le Master en impose deux, cela me tue !). Gérer le stress aussi longtemps et dans de telles conditions (la fac de Paris 3 est une fac de ME***) dépasse l'entendement.

S'ajoutent à cela les problèmes personnels auxquels nous devons tous faire face (mais, putain, je vous jure que ces derniers temps, ils se donnent tous le mot pour me faire mal, mal, mal), et c'est la débandade.

Alors, j'ai pensé qu'un petit billet hautement remoralisant serait un bon remède pour soigner ma fin de journée et sauver le reste de ma semaine. Une sorte de thérapie par le sourire. Qu'en dites-vous ? Il m'est toujours si agréable de passer un petit moment avec vous, je suis certaine de retrouver la pêche en moins de deux :)

J'aime cultiver l'esprit positif comme une jolie fleur exotique, toute fragile. Aussi, mes dernières semaines ont été enchantées par quelques plaisirs généreux et bienveillants sur lesquels il est bon de se retourner, afin d'en retrouver la saveur précieuse, la délicieuse petite musique, le parfum rassurant.

  • Mon petit paquet diorissime annuel

IMG00726-20130322-1300

Comme il s'est fait attendre celui-là ! Le grand absent autour du sapin de Noël est arrivé sur mon bureau peu après le passage des cloche pascales, c'est dire le retard. Heureusement pour lui, il a su se faire pardonner, non mais !

IMG00728-20130322-1304

Dans ma petite pochette 2013, un fard corail assorti au rouge à lèvres, tous deux parfaits pour la saison, un vernis disons... violet foncé, répondant au doux nom de Poison... Hum hum. Un fond de teint, malheureusement trop foncé pour moi mais idéal pour Maman, ainsi qu'une véritable révélation : un bon gros pinceau renfermant une base de teint anti-terne ma-gique ! Il me fallait bien ça pour lutter contre mon manque d'éclat post-hivernal. Merci Papa Noël retardataire ^^

  • Un petit passage à vide la semaine dernière (ba oui, c'est monnaie courante ici) et la prise d'une grande décision : prendre le temps de sortir. C'est bête mais si je ne m'oblige pas à mettre le nez dehors (sous un bon prétexte), je passe des heures enfermée dans ma chambre à étudier. C'est ce que j'ai fait depuis un mois et j'ai senti mes forces et mon mental m'abandonner totalement. Aussi, c'est régime strict à base d'une expo-hebdo. Et toc ! Les affiches qui animent les couloirs du métro depuis peu ne manquent d'ailleurs pas de me mettre l'eau à la bouche. Après Les Mille et Une Nuits à l'IMA la semaine dernière et Chagall au Luxembourg lundi (j'espère pouvoir vous en toucher quelques mots...), Le corps et la mode et L'ange du bizarre me permettront de m'évader un peu prochainement. Sans oublier ce double événement qui, sans exagération, me transcende :

pinacothèque

  • Les nouvelles collections qui s'affichent dans les vitrines et s'accordent à merveille avec mes goûts et mes envies du moment (une grande première !). Je dresse peu à peu une liste d'achats futurs et pour la plupart plus que nécessaires, ce qui me permettra d'esquiver la culpabilité et le complexe du compte en banque pillé lorsqu'il faudra passer à la caisse. Un manteau de mi-saison, des ballerines flashy, quelques slims fins et colorés, des blouses fleuries et robes légères,... Toute une garde-robe à réinventer, une toile blanche à gribouiller : le vert d'eau me séduit, ainsi que le corail, le rose pâle si romantique et le bleu, toujours le bleu ! Les couleurs proposées cette saison sont vraiment très belles, vous ne trouvez pas ? Elles peuvent être douces et tendres comme vitaminées et vivifiantes. Encore mieux qu'un cocktail !
  • Dans la même idée, celle de RE-NOU-VE-LER pour retrouver un nouveau souffle, je passerais bien dans les jours prochains une commande beauté chez l'amie Agnès. Charmée comme je suis par ses dernières trouvailles, je ne vais pas avoir de difficultés à noircir mon bon de commande !

babycolors-agnesb-3

  • Cette avalanche de couleurs sucrées me ferait presque oublier l'événement geekette du jour : la toute dernière boiboite du câble -qui permet, non seulement, de regarder les blu-ray mais surtout d'enregistrer (deux programmes à la fois, oui Madame !)- a fait son entrée au sein du foyer maternel qui se contentait jusqu'alors d'une antiquité (si, si, j'vous jure). A nous les séries à savourer quand on veut, tout particulièrement, Grey's Anatomy (Ô ! Comme j'attendais ce retour !) et une petite nouvelle Revenge, qui a l'air bien sympathique dans le genre coups de pute et langues de vip'. Vous la connaissez déjà ? Un avis ?
  • Que mon moral se terre dans mes chaussettes Fido Dido ou fleurte avec les anges, je ne peux m'empêcher de consommer les livres. Je les achète, les emprunte et les dévore avec un enthousiasme croissant. C'est bien simple, depuis le début de l'année, plus je lis = plus je lis ! Un théorème boulimique qui fait mouche, n'est-ce pas ?! Quelques pioches récentes :

IMG00747-20130407-1316

Deux romans divertissants et pas bêtes, aussitôt achetés, aussitôt lus, dont je vous reparle bientôt (j'ai envie de consacrer davantage de billets à mes lectures), et l'inégalable plume proustienne.

Suivis de mes emprunts de la quinzaine :

IMG00767-20130419-1239

J'ai eu envie de me payer un petit délire gothico-ténébreux avec La Dame en Noir, dévoré en une nuit et une matinée, ainsi que quelques livres pseudo-jeunesse de Carlos Ruiz Zafon, auteur que j'ai découvert avec Le Prince de la Brume -premier tome d'une trilogie- lu très rapidement mais sans enthousiasme. Je compte néanmoins poursuivre cette rencontre avec Marina puis Le Palais de minuit (deuxième tome de la trilogie). On y reviendra.

Parce qu'il faut varier les plaisirs livresques : le dernier essai de Siri Hustvedt, que je compte finalement m'offrir car c'est un livre à posséder, à effeuiller, W ou le souvenir d'enfance, de Perec, (lecture qui aura occupé quelques heures avec un sentiment très variable), puis -celui qui sera mon compagnon du week-end- Teacher Man, Un jeune prof à New York, troisième et dernier tome des Mémoires de Frank McCourt, qui revient ici sur son expérience de jeune prof dans les années 60. Me fera-t-il retrouver l'entrain et la motivation indispensables à la préparation de ce concours ?!

  • Le retour progressif du beau temps m'a donné des envies d'évasion. A vous aussi ?! Doucement mais sûrement, une balade à la mer se met alors en place. Elle dépendra bien entendu de Miss Météo mais devrait se bidouiller à la mi-mai et serait encadrée de deux autres réjouissances : un pot organisé par mon Ecole Doctorale (revoir MA fac et quelques visages amis me ravit) et une soirée Bilbo le Hobbit que je n'ai pas vu lors de sa sortie-ciné (grand regret). Je suis joie et impatience ! Je fantasme une marche relaxante les pieds dans l'eau, la dégustation de quelques fruits de mer à la terrasse d'un joli restaurant ou d'un sorbet rafraîchissant, lunettes sur le nez et cheveux au vent. Respirer un grand coup, je pense en avoir plus que besoin.
  • En attendant, je continue de m'occuper de mon petit cocon de fille qui s'est paré récemment de fuschia. Et c'est au dodo que cela se passe :

IMG00749-20130407-2221

  • Le meilleur pour la fin. Sans doute alarmée par mon état larvaire, ma maman nous a organisé dix jours de vacances à Nice fin juillet-début août. Billets de train et appartement sont réservés et moi, je frétille ! Le Sud ! Le beau Sud ! Des années qu'il me manque alors que j'avais l'habitude, enfant puis adolescente, d'y passer mes étés. Nous avons déjà prévu de passer une journée à Monaco, une de mes villes préférées, et à Cannes, que je n'ai jamais visitée. J'irais bien refaire un tour du côté de Menton, mais il ne faudrait sans doute pas être trop gourmande ! Ce séjour me permettra avant tout de prolonger mon plaisir chagallien puisque c'est à Nice que se trouve le musée national Marc Chagall. Et puis la mer, le soleil, les marchés et leurs milliers de couleurs, l'accent qui chantonne, le petit train, la Promenade des Anglais, les longues pauses-lecture,... Le rêve !

nice

Partir en vacances après les soldes, ça veut dire acheter plus de fringues ?! Youhouuuuuuu !!

Des couleurs qui pétillent, du soleil qui réchauffe, de très bons moments passés et d'excellents à venir, sorties parisiennes et grands bols d'air marin, dresser ce bilan souriant m'a ramenée à la raison : la vie peut être toute jolie, mes Chers, même si elle semble nous abandonner parfois, ce n'est que momentané. On respire, on se calme, on se booste... Et on repart !

De gros bisous pour un excellent week-end et à bientôt :)